Colloque du 24 et 25 mars 2020 aux Archives nationales. "De la réserve intégrale à la nature ordinaire. les figures changeantes de la protection de la nature"

 

L'AHPNE et le Comité d'Histoire du Ministère de la transition écologique et solidaire organisent les 24 et 25 mars prochains un colloque sur l'histoire de la protection de la nature auquel le GHZH est étroitement associé. Vous trouverez ici le programme détaillé. Notez que l'inscription est gratuite mais indispensable ! 

Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-après le programme d'un colloque initialement prévu en décembre, et reporté aux 24 et 25 mars 2020.
 
Nous attirons votre attention sur le fait que le colloque se tiendra dans l’Auditorium des Archives Nationales9 rue Guynemer 93383 Pierrefitte-sur-Seine (Métro : ligne 13, station Saint-Denis-Université).
 
Entrée gratuite ; inscriptions à l’adresse suivante: http://enqueteur.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/index.php/665994?lang=fr

 

De la réserve intégrale à la nature ordinaire.

Les figures changeantes de la protection de la nature (XIXe – XXIe s.)

 

Cela fait maintenant plus d’un siècle et demi que la protection de la nature s’inscrit comme une préoccupation en France et qu’elle interroge, de façon changeante, les rapports que les Français entretiennent avec la nature et les solutions qu’ils ont trouvées et mises en place pour la protéger. Au gré des époques, ces solutions et les pratiques des acteurs impliqués n’ont cessé d’évoluer, de se diversifier, en fonction des objectifs recherchés, de l’adhésion ou non de la société à ces objectifs, des savoirs mobilisés, de l’instauration de politiques publiques dédiées, de la création d’un droit spécifique, de la technicisation et de la professionnalisation du secteur, de l’influence de contextes européens (directives) et internationaux (conventions) et bien d’autres facteurs encore tel qu’aujourd’hui, le changement climatique.

 

De la réserve intégrale à la nature ordinaire, les figures changeantes de la protection de la nature se déclinent au gré des évolutions, souvent négatives, des composants de cette nature à protéger (milieux naturels, espèces sauvages, paysages), des acteurs impliqués et des modalités de gestion mises en œuvre. Le colloque abordera cette pluralité de formes sous l’angle de leurs trajectoires historiques, mais aussi de leur co-existence au sein d’un panorama, désormais diversifié, de la protection de la nature. Les regards croisés des chercheurs et des acteurs apporteront un éclairage actualisé sur cette large gamme de pratiques et d’objets, parfois nouveaux, de la protection. Ils proposeront des éléments de réponse aux questions suivantes. Quelle(s) nature(s) devons-nous ou pouvons-nous protéger ? Quel « pacte de non-agression »  pouvons-nous établir avec la nature ? Quels partenariats les différentes composantes de la société devraient-elles nouer pour agir de concert à sa protection ?

 

Au lendemain de la publication du rapport de l’IPBES sur l’état de la nature et de la biodiversité mondiale et à la veille du Congrès Mondial de la Nature de l’UICN, organisé en France en 2020, le colloque poursuit l’ambition d’accroître notre réflexivité sur nos pratiques de protection de la nature afin de les adapter aux enjeux environnementaux actuels. 

Coordination scientifique :
Rémi Beau, docteur en philosophie, université de Bourgogne,
Rémi Luglia, agrégé et docteur en histoire, université de Caen Normandie,
Aline Treillard, doctorante en droit de l'environnement, université de Limoges